Par Alain Lewkowicz, Vincent Bourgeau,
Samuel Pott et Marc Sainsauve

Au Japon, « le journal d'Anne Frank » reste un inusable best-seller.
A tel point que son destin tragique est même réinterprété en manga.
Que révèle ce succès sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au sein de la société nippone ?

Un voyage en BD documentaire interactive pour comprendre ce qui, de la Shoah et d’Hiroshima, peut — ou non — constituer une expérience commune au Japon et à l’Europe.

  • Alain Lewkowicz

    Réalisateur

    Dans sa besace, un diplôme de l’EHESS. A son arc, quelques cordes et sur sa tête, plusieurs casquettes, celle de la radio, parfois de la télé et occasionnellement de l’écrit. Sur ces brodequins qu’il ne quitte plus depuis près de vingt ans, beaucoup de poussière, essentiellement asiatique, parfois africaine, un peu d’ailleurs. Fan de René et de Simon Leys, c’est pourtant Albert Londres qui lui donne le goût des départs et des retours.

  • Vincent Bourgeau

    Dessinateur

    Après des études de commerces brillantes, direction l’école de BD belge de l’Institut Saint-Luc. C’est dans le graphisme et l’illustration de presse que ce faux Belge va faire ses débuts avant de produire ses premiers livres pour enfants. Dix-huit ans après "J’en ai marre d’être un poisson rouge" et quelques semaines après "Le petit train", "Anne Frank au pays du manga" pour les plus de 7 ans. Parce que là, il faut savoir lire.

  • Marc Sainsauve

    Chef opérateur / Photographe

    Il y a plus de quinze ans, il abandonnait ses abeilles et ses ruches canadiennes pour assouvir un rêve d’adolescent, faire des films et parcourir le monde. Parfois, il délaisse sa caméra pour regarder le monde autrement à travers ses objectifs. La photo devient dès lors sa troisième voix, son accent oriental des Pyrénées, une sorte de langage universel dans un monde "calafertien" qu’il observe à la façon de l’écrivain.

  • Herminien Ogawa

    Fixeur / Traducteur

    Artiste touche-à-tout franco-japonais, excentrique et exubérant, il incarne sans doute le mieux ce trait d’union entre le levant et le couchant. Parfois candide, son optimisme le conduit sur les chemins atypiques de l’existence. Son rêve, plonger et évoluer dans les océans de la planète. Depuis la fin de notre périple nippon, c’est dans les eaux chaudes d’Indonésie qu’il exprime son art. Un spectacle.



  • Présentation des personnages

  • Le Révérend annefrankophile

    Makoto Otsuka

    Sa rencontre en 1971 avec Otto Frank, le père d’Anne Frank, a bouleversé sa vie. Chef spirituel de la très japonaise congrégation de Jésus, le Révérend Otsuka, pour qui la langue de Moïse n’a plus de secret, est, depuis, le plus "annefrankophile" et "-logue" de l’archipel. Sa dévotion pour la famille Frank a déjà permis à plus de 100 000 Japonais de connaître enfin la signification du mot "Holocauste". Une gageure… et un succès.

  • Juste le fils de

    Chiaki Sugihara

    L’Allemagne nazie, il en a un vague souvenir. La Lituanie, d’où son père a sauvé près de 2000 familles juives d’une mort certaine, aussi. Mais tout ça, ce n’est pas son histoire. Anne Frank, bien sûr qu’il connaît. C’est palpitant et le suspense qui se dégage de cette histoire est sans commune mesure avec celles, très attendues, des kamikazes. La médaille des Justes parmi les nations reçue par son père ? Une histoire judéo-juive.

  • Le vieil extrémiste

    Hidétoshi Tsuruoka

    L’ex-épigone de Karl Marx a cédé à l’exaltation délirante des idolâtres fanatiques de la loi du plus fort. Non, les hommes ne sont pas égaux! Il y a les maîtres et les serviteurs. Zélateur du bushido, le code d’honneur des samouraïs, cet extrémiste octogénaire de la droite nationaliste aimerait bien devenir le premier kamikaze nippon du XXIème siècle.

  • Le courageux mangaka

    Hiroshi Motomiya

    Il a bien tenté de la dire, la vérité sur les massacres de Nankin. Mais il faut bien vivre et surtout bien manger. Et pour continuer à gagner de l’argent, sacrifier quelques valeurs sur l’autel de l’entertainment version pop culture nipponne n’a jamais fait de mal à personne, surtout pas à lui.

  • L'éditeur défenseur des libertés

    Yasuhiro Shigi

    L’éditeur du très controversé mangaka Yoshinori Kobayashi a au moins une certitude: il faut douter de tout, malgré les évidences. Auschwitz, Nankin, les femmes de réconfort, l’unité 731, les meurtres de masse et les viols systématiques, tout ça a-t-il véritablement existé ? Méfiance, perplexité et scepticisme sont les mots préférés de son vocabulaire.

  • L'enseignante au piquet

    Kimiko Nezu

    Au piquet, l’enseignante désobéissante! Pour avoir refusé de faire allégeance au drapeau et à l’hymne nationale, elle a été punie. Redressement et rectification, rien n’y fait. La rebelle ne lâche pas. Congédiée, elle est aujourd’hui à la tête d’un groupe de près de 400 professeurs sanctionnés pour les mêmes raisons. La résistance s’organise.

  • La colombe de la paix

    Steven Leeper

    Il a la couleur du Japon, le goût du Japon, mais il n’est pas japonais. Il est l’Américain ambassadeur d’Hiroshima, directeur du mémorial de la Paix. Le loup dans la bergerie pour ses détracteurs, le messager idéal pour ses partisans emprunts de pacifisme, d’harmonie et de réconciliation. Quoi de mieux qu’un Américain, le plus nippon des Yankees pour expliquer au monde les dangers du nucléaire?

Anne Frank au Pays du Manga

Sur une idée originale d’Alain Lewkowicz

Depuis sa première publication en 1952, « le journal d'Anne Frank » est le plus lu et le plus étudié des livres étrangers au Japon. Toutes générations confondues, tout le monde connaît la petite fille d'Amsterdam et son destin tragique. Un best-seller, également disponible en manga, mais dans lequel Anne Frank est simplement perçue comme l'héroïne d'un roman à succès à la conclusion cruelle et émouvante. Au pays du soleil levant, peu nombreux sont ceux qui connaissent la Shoah. Une histoire bien trop lointaine pour les Japonais, malgré leur alliance avec le Troisième Reich. Ils ne semblent pourtant pas non plus bien connaître leur propre histoire : « La guerre, c'est horrible. Et nous en avons été les plus grandes victimes lorsque les Américains ont largué leurs bombes atomiques sur nous. », dit Makoto Otsuka, le directeur du mémorial à Anne Frank et à la Shoah, situé non loin d'Hiroshima et unique en Asie. Et c'est l'idée vague qui fait à peu près consensus au Japon.

Racontant à la première personne le voyage de ses auteurs, cette BD documentaire interactive explore les représentations du passé dans la société japonaise d’aujourd’hui. Le Japon a adopté Anne Frank, figure universelle, pour en faire un manga — une forme spécifiquement japonaise mais que le monde entier s'est désormais appropriée. Pied-de-nez, mais aussi véritable tentative de jeter un pont entre deux cultures, les auteurs racontent leur parcours d'Occidentaux au Japon en « web-manga », mêlant dessins, photographies, sons et vidéos, pour dissiper le brouillard du relativisme culturel qui nimbe généralement l'Asie lorsqu’elle est observée depuis l'Occident.

Téléchargez gratuitement l’application pour tablettes

« Anne Frank au pays du manga »

Disponible sur

iOS app on iTunes Store

et

Android app on Google Play
  • Anne Frank au Pays du Manga
    • Sur une idée originale d’Alain Lewkowicz
  • Une BD documentaire interactive de
    • Alain Lewkowicz
    • Vincent Bourgeau
    • Samuel Pott
    • Marc Sainsauve
  • Avec la participation de
    • Makoto Otsuka, Chiaki Sugihara, Hidétoshi Tsuruoka, Hiroshi Motomiya, Yasuhiro Shigi, Kimiko Nezu, Steven Leeper.
  • Une coproduction Arte France, Subreal Productions
    • Réalisation : Alain Lewkowicz
    • Conception et réalisation Multimédia : Samuel Pott
    • Dessins : Vincent Bourgeau
    • Photographies et vidéos : Marc Sainsauve
    • Direction technique et développement Flash : Arnaud Gatouillat
    • Conception graphique : Roland Lecouteux
    • Intégration et Animation Flash : Christophe Choffel
    • Retouches photographiques : Julie Carretier-Cohen
    • Traductions et repérages au Japon : Herminien Ogawa
    • Traductions : Mathilde Sobottke, Léa Le Dimna, Anouk Macquet
    • Enregistrement des commentaires : Jean-Christian Viry
    • Documentation : Nao Kaneko
    • Assistante de production : Moane Rosello
    • Moyens techniques : Loca Images, HLC Production, le 36

  • Arte France
    • Marie-Laure Lesage, David Carzon, Marianne Lévy-Leblond, Lili Blumers, Daniel Khamdamov, Anne Pradel, Jérôme Vernet, Marie Chevalier, Adrien Carpentier, Julien Vidal

  • Subreal Productions
    • Guillaume Podrovnik
    • Olivier Heinemann

  • iq12
    • Samuel Pott
    • Arnaud Gatouillat
    • Christophe Choffel

  • Service de presse
    • Rima Matta, Arte France
  • Droits de reproduction
    • « Anne Frank », de Chibimaruko-chan ; Dessins de Kagome Miyahara ; © Editions Shueisha, tous droits réservés. « Anne Frank », de TAKASE, Naoko ; © Editions SHOGAKUKAN INC., tous droits réservés. « Sugihara Chiune », de ABE, Sayori ; © Editions SHOGAKUKAN INC., tous droits réservés. « Manga de Dohuka , Waga Toso » ; © Variety Art Works, Editions East Press, tous droits réservés.
    • Avec le soutien en développement du Centre National du Cinéma et de l’image animée.
  • Remerciements
    • Martin Laurent, Song Pham, Klara Grunning-Harris, Asta Wellejus, Helle Ulsteen, Marie-Sophie Decout, Alexandre Cornu, Camille Duvelleroy, Pauline Augrain, Silvain Gire, Bruno Birolli, Daphné Ogawa, Patrick de Saint Exupéry, Dominique Gimet, Jun Tatsumi, Hiroko Suzuki
  • Arte / Subreal Productions tous droits de reproduction et de diffusion réservés © 2012

Mentions légales

HEBERGEMENT DU SITE

  • Sdv Plurimedia S.A.
  • 15, rue de la Nuée bleue
  • 67000 Strasbourg - France
  • (+33) 3 88 75 80 50
  • HEBERGEMENT DES VIDEOS

  • Limelight
  • Limelight Networks, Inc.
  • 222 South Mill Avenue
  • Tempe, AZ 85281
  • USA
  • Tel.: USA 602-850-5000
  • Informatique et libertés

    Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n°2044-801 du 6 aout 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, chaque internaute ayant déposé des informations nominatives le concernant sur le site dispose des droits d’opposition (art. 38 de la loi), d’accès (art 39, 41 et 42) et de rectification (art 40) de ces données. Ainsi il peut exiger à tout moment que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations le concernant, qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte, l’utilisation, la communication ou la conservation est interdite.

    Chaque internaute peut exercer ce droit d’accès en adressant un courrier à :

  • ARTE France
  • Service Internet et Multimédia
  • 8, rue Marceau
  • 92785 Issy Les Moulineaux
  • Propriété Intellectuelle

    Tous les éléments du site et notamment les programmes, textes, illustrations, sons, images et vidéos fixes ou animées reproduits sur ledit site ainsi que les marques et logos présents sur le site sont protégés par le droit de la propriété intellectuelle et le droit de la propriété littéraire et artistique, et ce dans le monde entier.

    A ce titre et conformément aux dispositions du Code de la Propriété intellectuelle, toute utilisation ou reproduction totale ou partielle du site ou de ses éléments est strictement interdite.

    L’internaute s’engage à ne pas modifier, copier, re-publier, transmettre, vendre ou distribuer de quelque manière que ce soit le Site et/ou les éléments qui le composent.